IRFA > Actualités > Les croquis japonais de Georges-Ferdinand Bigot (1886)

Les croquis japonais de Georges-Ferdinand Bigot (1886)

Publié le 07/12/2021

Retour aux actualités

Les fonds iconographiques dédiés au Japon ont réservé une nouvelle découverte à l’équipe de l’IRFA : quatre gravures à l’eau-forte signées de Bigot, artiste français japonisant de la fin du XIXe siècle.

Bigot est formé à Paris au moment de l’essor du « japonisme » dans les arts graphiques. Suite à l’ouverture du Japon au commerce extérieur, les années 1870 voient en effet arriver en France de nombreux objets d’art japonais, en particulier les « Manga » (ou carnets de croquis) d’Hokusai, mort à Tokyo vingt ans auparavant. D’Hokusai, les artistes français copient les scènes de vie gravées sur le vif, très expressives, et le traitement de la faune et la flore à la façon des estampes japonaises.

En 1882, Bigot s’installe à Tokyo, avec la volonté délibérée de ne pas vivre dans les enclaves étrangères mais au sein du petit peuple de la ville. En 1886, il tire de cette expérience une série intitulée Croquis japonais, mettant en scène des personnages aux traits individualisés dans la vie quotidienne de ce début de l’ère Meiji.

Bigot utilise ici une technique typiquement occidentale, l’eau-forte (façon de graver le métal en y faisant pénétrer de l’acide), qu’il imprime en noir et blanc, à l’opposé des estampes japonaises gravées sur bois et si colorées.

[IRFA, iconothèque, Bt Japon 1]

  1. « M[archan]d de poissons »
  2. « Matelot »
  3. « Pêcheur »
  4. « Fonctionnaire »

Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter